A nos aînés

Ce matin, une vague de tristesse et de tendresse m’a submergée: les aînés emportés par le Covid-19 se sont invités à la table de mes pensées.

Eux qui, comme pour la canicule de 2003, deviennent, à peine morts, des chiffres statistiques.


Eux qui n’ont pas eu droit à la présence de leurs proches. Certains d’ailleurs en étaient déjà éloignés… parfois même étaient-ils oubliés.


Eux qui ont éprouvé cette vie sous toutes ses facettes, traversant des guerres bien plus effroyables que celle que nous vivons aujourd’hui.


Eux qui ont fait du mieux qu’ils ont pu.


Eux dont le flétrissement de l’apparence et la détérioration de la santé les ont écartés petit-à-petit des vivants mieux portants.


Eux qui ont tant à raconter, tant à partager, tant à enseigner.

Nous les écoutons trop souvent sans faire preuve d’une vraie présence, celle dans laquelle nous sommes entièrement là pour l’autre, … trop préoccupés par le cours agité de nos propres vies.


Je pense à ces hommes et ces femmes, à leurs familles. Je pense à mes parents, à mes grands-parents, à leurs propres parents, à cette incroyable aventure inter-générationnelle dont je suis dépositaire.

J’ai repensé aux photos de Tom Hussey sur le thème du reflet que j’aime beaucoup.. Que nous renvoie notre miroir?
Bien à vous,

https://www.tomhussey.com/PROJECTS/REFLECTIONS/thumbs